galicolor

24 février 2017

première expo page6

period_1001f

 

Je me souviens d'avoir utilisé une photo de famille noir et blanc pour cette peinture sur un panneau d'isorel Ce vénérable cliché représentait ma famille d'alsace jpuant aux cartes, avec mon père à droite. J'ai peint ce panneau d'environ 70 x 90 cm en quelques minutes, sans remords. L'atelier était en plein air, dans la courette de l'appartement de ma mère et je rangeais le soir mon matériel dans le lavoir désaffecté au fond de la cour. Là trônait aussi une antique baignoire où j'ai fait mes ablutions en compagnie des araignées. Plus tard nous avons eu une vraie salle de bains, c'était encore souvent comme ça la vie à Marseille dans les années 50!

Posté par aiglagil à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2017

Première expo page5

period_1001e

 

Si l'on se pose la question comment faire des simili Giacometti sans le savoir, voici la réponse: Prendre une petite planchette très fine en Contre Plaqué, percer deux trous, passer dedans en boucle un long fil de fer. Puis s'arranger pour lui donner vaguement la forme d'un bonhomme debout. Il a l'air trop squelettique? Faire mariner 48 heures du papier journal dans une grande bassine d'eau. Le déchirer en très petits morceaux. Ajouter un litre de colle vinylique (soluble dans l'eau). Remuer. Prélever ensuite à la mesure des boulettes de ce papier trempé et les presser contre le fer. Lisser, laisser sécher quelques jours au soleil (de Marseille de préférence). Peindre selon son goût. Ça marche à tous les coups!

Posté par aiglagil à 22:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 février 2017

Première expo page4

period_1001d

 

C'était bien avant les smartphones, à la maison nous n'avions même pas le téléphone; il fallait se débrouiller !

Posté par aiglagil à 18:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 février 2017

Première expo page3

period_1001c

 

Pendant ces années soixante, je laissais mes travaux sans titres. Cette petite peinture sur bois (environ 60 x 80 cm) pourrait s'apppeler "Fête populaire" mais en fait je ne sais plus quelle idée j'avais alors. L'idée de peindre, c'est tout!

 

Posté par aiglagil à 20:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 février 2017

Première expo page2

period_1001b

 

Toujours dans la série sixties, ce polaroïd N°2 montre quelques unes de ces figurines que je modelais à l'époque en papier maché sur fil de fer, finalisés par une couche de peinture à l'huile industrielle.

 

Posté par aiglagil à 16:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]


12 février 2017

Première expo perso

period_1001a

 

 

 Ce polaroïd me représente faisant le mort à-côté d'un fouillis de statuettes en papier mâché. C'était ma spécialité de ces époques-là, autour des sixties. J'ai une vingtaine d'années, et ma première expo personnelle en vue.

Comme on le devine, j'ai commencé la numérisation de mes productions les plus anciennes, avec le but très difficile à atteindre de réaliser une chronologie imagée de tout mon travail, enfin, celui dont il me reste quelques clichés.

Ces vieux documents sont dans un état exécrable, je dois photoshoper un max pour arriver à des vues présentables et jouer pendant des heures du stylet et de ma tablette Bamboo pour corriger les trous, taches, rayures et chiures du temps.

Je ne connaissais pas Giacometti, et c'est en toute innocence que je le plagiais! Heureusement d'ailleurs, car si j'avais été au parfum, j'aurais eu bien honte de faire des figurines aussi pauvrettes!

Posté par aiglagil à 23:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 septembre 2016

L'échappée

 

L__chapp_e

2016 huile sur toile 114 x 162 cm
Cliquer pour agrandir. Pour plus de détails: 
clic droit/"ouvrir" puis CTRL+ pour agrandir CTRL- pour diminuer
 

J'ai travaillé ce paysage d'après une peinture nordique du début du XXème siècle. J'y ai ajouté ces quelques lettres telles que je les avais trouvées sur un document d'un autre paysage moins captivant. Je n'arrive pas - ni ne cherche vraiment - à savoir où je voulais en venir avec cette démarche. Ces caractères A, B, C, D, E, semblent indiquer quelque chose de particulier dans cet ensemble d'eau, de collines, de broussailles et de ciel brouillé, quelque chose d'incisif, de savant ou d'utile; ce serai comme une explication, laquelle bien entendu, m'échappe complètement. Ce pourrait être la clef, un paysage échappe à son alpha-bétisation, à sa codification, comme on échappe à la police (mais il faut la police pour s'échapper)...alors je l'ai appelé "l'échappée".

Posté par aiglagil à 23:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 février 2016

Le photophage

Le_photophage

2016 huile sur toile 50 x 50 cm 
clic droit/"ouvrir" puis CTRL+ pour agrandir CTRL- pour diminuer

Je pense que je peux me passer d'une rédaction: tout le monde a rencontré ce genre de coléoptère!
(en voie de disparition, en ce qui concerne l'appareil de prise de vue)

journal des arts

journal de voyage

contact

Posté par aiglagil à 16:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 janvier 2016

La messagère en compétition

Je me suis pris au jeu d'envoyer cette image de mon tableau "La messagère" sur RANKART contest. Faut dire qu'ils me tannent depuis deux ans. 

La messagère 300dpi

Soumission de pour l'exposition RankArt : 7ème Salon de Peinture toutes techniques

https://www.myrankart.com

Ce qui m'amuse, on l'aura compris, c'est que cette fois... on peut cliquer sur l'image, ce qui envoie sur la page du concours. Arrivé là, vous pouvez, si vous le voulez, cliquer encore un coup pour me donner votre voix. Lorsque j'écris ce post, je suis au 2èm rang. Mais ça peut changer d'ici la clôture le 31 janvier. À la fin, un jury choisira une peinture par rang dans les premiers rang. Voilà qui me change un peu du Prix de Peinture de L'ÉBOUILLANTÉ que j'ai offert aux amateurs pendant 17 ans !

journal des arts

journal de voyage

contact

Posté par aiglagil à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 décembre 2015

Les grands arbres

 

les_grands_arbres

2015 huile sur toile 100 x 150 cm 
clic droit/"ouvrir" puis CTRL+ pour agrandir CTRL- pour diminuer

Voilà enfin finie cette peinture mise en chantier depuis 2014. Je suis parti d'un cliché de 8cm par 5 imprimé sur le papier froissé d'un quotidien italien trouvé un matin au bistrot et dont j'ai embarqué la page, tant cette image m'avais touchée. Je ne saurais dire précisément si c'est la perspective, si verticale et si droite qu'on la dirait saisie par une chambre photographique, ou ce contraste justement entre cette cathédrale forestière et ce ridicule mais aimable petit pick-up... Une réconciliation en quelque sorte entre cette majestée (bientôt perdue) de la Nature-entre-guillemets et notre vie de fourmis à roulette impertinentes. Comme toujours, pour chacune de mes peintures, j'ai envie de dire: c'est comme ça que nous vivons, que les choses et les gens sont. Je peints pour un martien, je lui montre le travail : c'est comme ça que ça se passe, chez-nous, sur terre. Bien sûr, il se passe des affaires bien plus retentissantes,  effrayantes, divertissantes, mais pour les évènement, nous avons les média. En dehors des médiations, quelque chose frissonne, la vie, quoi!

journal des arts

journal de voyage

contact

Posté par aiglagil à 15:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]